Happy Culture ; le miel raconté et dégusté !

Happy Culture ; le miel raconté et dégusté !

Dans le cadre de l’événement La Fureur de Lire, les bibliothèques communales de Wavre organisent une belle activité littéraire autour de la thématique du miel.Chaque année, les bibliothèqu...

Rencontres Alzheimer d’octobre

Rencontres Alzheimer d’octobre

Les maladies neurodégénératives évoluent et touchent un nombre important de personnes parmi la population. Les professionnels sur le terrain le constatent tous les jours : parler de la maladie d...

Suivez-nous sur Instagram…

Suivez-nous sur Instagram…

Instagram est un réseau social basé uniquement sur les photos et les vidéos. À l’inverse de facebook ou de Twitter, vous n’y retrouverez ni partage de publications, ni liens internet. Instag...

Journée de la Mobilité

Journée de la Mobilité

Petits et grands, amateurs du deux roues ou marcheurs, la Ville de Wavre vous donne rendez-vous à la Journée de la Mobilité le dimanche 17 septembre de 9h à 16h à Wavre. Une série d’activit...

Charles Michel rend hommage au Mayeur

Charles Aubecq

 Mesdames et Messieurs,

Nous sommes tristes et nous sommes émus.

C’est une personnalité hors du commun que nous saluons ce matin.

Charles Aubecq, notre maïeur, comme chacun aimait l’appeler. Et comme lui aussi aimait qu’on l’appelle.

Charles Aubecq est né à Corroy-le-Grand en 1926. En 1953, il choisit de venir s’installer à Bierges, son fief.
Pendant 25 ans,  il fut un dynamique entrepreneur en travaux de construction.
Son engagement pour Wavre, il le démarre d’abord comme conseiller communal en 1976. Très vite, il devient échevin des travaux, sénateur et ensuite, pendant près d’un quart de siècle, il assume la fonction de bourgmestre de Wavre ainsi que de président de l’intercommunale du Brabant wallon.
Il sera également ministre et député wallon.

Nous présentons nos plus sincères condoléances à son frère Paul et à chacun des membres de sa famille.
Charles Aubecq est une forte personnalité. Un sacré tempérament. Il sait ce qu’il veut et avance tambour battant vers son objectif.
Charles Aubecq est d’abord un visionnaire. Le développement du Brabant wallon grâce à la réalisation de parcs d’activités économiques bien localisés et bien équipés en est un des exemples les plus visibles.

Fondamentalement homme de bon sens, il rappelait sans cesse que sans création d’emplois, on n’avait pas d’argent pour financer les écoles, les routes ou le soutien aux plus démunis.
Homme de bon sens encore, il gérait notre commune sans jamais oublier qu’un euro est un euro et que si on dépense plus que ses revenus, tôt ou tard c’est la faillite.
Mais surtout Charles Aubecq a Wavre dans son cœur. Chacun ici le sait. D’abord, il a réussi à en faire le chef –lieu au moment de la création de la province du Brabant wallon.
Développer les parcs d’activités économiques, améliorer les voiries et le réseau d’égouttage, construire des infrastructures au service de la population : pour les écoles, pour le sport, pour la police, pour les beaux-arts ou encore pour l’accueil des personnes âgées. C’était son moteur. C’était aussi sa fierté et sa motivation.
Droit dans ses convictions comme dans sa silhouette d’ailleurs,  naturellement autoritaire, il ne pouvait laisser personne indifférent.
Très nombreux sont les Wavriens qui, certainement, se souviennent  d’une anecdote et parfois même d’une engueulade, qui montre son sens de la proximité et de la franchise.
La permanence de la rue des Déportés à  7 heures du matin ou les réunions à la commune étaient autant d’occasions pour les citoyens ou les chefs de service, (n’est-ce pas Monsieur Miesse ?), de subir ses répliques rudes. Mais parce qu’elles étaient très souvent fondées, non seulement personne ne lui en tenait rigueur, mais surtout, on l’aimait encore un peu plus.

Charles Aubecq a présidé 240 conseils communaux et 1080 collèges communaux. Cela représente plus de 50.000 décisions communales.
Les conseils communaux donnaient lieu à des joutes mémorables avec l’opposition mais aussi, à quelques phrases cultes prononcées sur un ton sec et définitif : « on verra ça plus tard ! », « allez, on va travailler maintenant ! » ou encore la plus célèbre « taisez-vous ! ».
Charles Aubecq prenait des décisions tranchées mais toujours inspirées par le bien-être des citoyens et de l’intérêt de la commune.
Derrière un tempérament brusque en apparence, Charles Aubecq était un homme profondément humain et toujours attentif aux autres.
Sans tambours, ni trompettes, il faisait preuve d’une grande générosité.

A titre personnel, travailler à ses côtés, d’abord comme conseiller communal et ensuite comme échevin, a été une expérience peu banale et passionnante.
Il a ancré en moi des valeurs d’engagement, de travail et de respect.
Mais ce qui va le plus me manquer, ce sont nos rendez-vous du dimanche soir  dans votre maison à Bierges ou autour d’une bonne table lorsque votre santé le permettait encore. Ce sont aussi les visites dans la maison du Sud de la France. C’était autant d’occasions d’échanger sur les questionnements plus personnels et plus intimes : le sens de la vie, les petits et les grands chocs qui laissent des traces dans les âmes et dans les cœurs.

Profondément sensible, sincèrement attentif aux autres, doté de gigantesques qualités de cœur. Vous allez beaucoup nous manquer.
Vous aviez coutume de dire avec humour : « j’ai tellement fait pour les églises qu’il y aura bien une place pour moi là-haut ».
Où que vous alliez maintenant, Monsieur le bourgmestre, Maïeur, à jamais il y a une place pour vous dans nos cœurs. Dans mon cœur.

Vous ne partez pas.

Votre empreinte est ici à Wavre. Elle va infiniment y rester.

Vous ne partez pas parce qu’une part de vous est restée avec nous.

Reposez en paix.

Charles Michel - le 28/02/2015

Newsletter

Ville de Wavre sur Facebook

Twitter

Plan du site  Disclaimer  Fiche analytique Copyright